Réduction des seins chez l’homme

La réduction des seins chez l'homme est une procédure répandue qui donne une poitrine plus masculine et qui contribue à développer sa confiance en soi.

Il est fréquent qu’un homme ait une poitrine plus développée que la normale. L’aspect masculin de la poitrine est alors remplacé par la présence de seins plus ou moins développés. Cela peut aller de la simple proéminence derrière les mamelons jusqu’à de véritables seins féminins.

Le terme technique qui désigne ce problème est "gynécomastie" (formée essentiellement de glande), "adipomastie" (formée essentiellement de graisse) ou "adipo-gynécomastie" (présence à part égale de glande et de graisse). Cette déformation de la poitrine peut être à l’origine de perturbations psychologiques.

Dans la grande majorité des cas, il n’y a pas de cause retrouvée. Parfois elle est due à des substances chimiques (certains médicaments, les stéroïdes anabolisants, la marijuana, l’alcool…) ou à un déséquilibre hormonal. Dans d’autres cas, elle apparaît pendant la puberté et persiste à l’âge adulte ; elle se nomme alors "gynécomastie physiologique pubertaire".

La plupart des hommes reconnaissent que l’intervention a eu un impact positif sur leur vie.

 
 

Nota bene : les photos présentées ci-dessus ont un but exclusivement informatif. Elles reflètent le résultat d'une intervention passée. Elles ne préjugent en aucun cas d'un résultat futur.

 

Pour réduire un volume des seins chez homme, est-il mieux de choisir une gynécomastie ou liposuccion ? Quelles sont des complications possibles de ces traitements ? Comment éliminer un excès de glande mammaire ? Comment supprimer un excès de graisse de poitrine ?


 

Questions fréquentes (réduction mammaire chez l'homme)

Pour rappel, seule une consultation chez un chirurgien esthétique peut vous apporter une information personnalisée.

Quel est le principe de l’intervention ?

Le plus souvent, l’intervention consiste en une simple lipoaspiration des seins. Parfois, cela nécessite de compléter la lipoaspiration par la suppression de la glande mammaire en excès, en général par une petite incision dissimulée dans l’aréole.

Chaque cas étant différent, l’intervention la plus adaptée à votre cas sera choisie avec votre chirurgien. Il est également important que votre chirurgien vous expose les complications possibles de la technique choisie dans votre cas.

Quel bilan faut-il faire avant UNE RÉDUCTION MAMMAIRE ?

Une mammographie pré-opératoire est obligatoire (cet examen est possible également chez un homme). Une prise de sang sera réalisée afin vérifier le taux de certaines hormones (testostérone, FSH, LH) et de vérifier votre coagulation sanguine.

Quelle anesthésie est nécessaire ?

L’anesthésie est générale ou locale avec une perfusion.

Quelle est la durée de l’intervention ?

La durée de l’intervention dépend du type de procédé nécessaire dans votre cas et peut varier de 30 minutes à 2 heures.

Combien de temps doit-on rester à la clinique ?

Quelques heures (ambulatoire).

Quand reprendre le travail ?

1 à 3 jours. Cependant, votre temps de récupération dépend du type d’intervention réalisée et de la capacité naturelle de votre corps à récupérer.

Ressent-on une douleur après UNE RÉDUCTION MAMMAIRE ?

La douleur est habituellement modérée et facilement calmée par des antalgiques. En pratique, elle dépend du type d’intervention que votre cas nécessite.

Quand peut-on prendre la première douche après l’intervention ?

Une douche est habituellement recommandée dès le lendemain de l’intervention.

Doit-on porter un vêtement spécial après une réduction mammaire ?

Oui, une gaine est prescrite pour une durée de 10 jours. Elle sera retirée lors des douches.

Doit-on arrêter le sport ?

L’arrêt du sport du haut du corps est recommandé pendant un mois. Il est également déconseillé de porter des charges lourdes pendant la même durée.

Doit-on arrêter de fumer avant et après l'intervention ?

Fumer peut augmenter le risque d’infection des voies respiratoires et peut réduire la vitesse de cicatrisation. Le tabagisme peut également accroître vos risques d’avoir une infection des zones opérées. Si vous fumez, nous vous demanderons de stopper votre consommation de tabac dans les semaines qui précèdent et celles qui suivent votre intervention.