Cuisses bien galbées : lipoaspiration et canulation

La liposuccion ou lipoaspiration est « la » référence pour remodeler la silhouette et en particulier les cuisses, souvent dotées, sur leur partie supérieure externe, d’une disgracieuse culotte de cheval. Seul bémol : un risque d’irrégularités de surface de la peau pouvant créer un aspect de « tôle ondulée ». « On parvient aujourd’hui à éviter cet écueil grâce à la technique dite de canulation », précise le docteur Gérald Franchi, chirurgien esthétique. L’arme secrète : une très fine canule permettant, en fin d’intervention, de fragmenter les petits résidus de graisse, laissés volontairement afin que la peau ne soit pas directement posée sur les muscles, puis de les étaler harmonieusement pour obtenir un aspect cutané bien lisse. Dans la foulée, la fabrication de collagène est stimulée, favorisant ainsi la rétraction et le raffermissement cutanés.

Intervention

Pratiquée en ambulatoire, sous anesthésie générale ou éventuellement sous péridurale, elle débute par une infiltration de la graisse avec une solution spécifique puis les adipocytes en excès sont aspirés avec une canule reliée à un système de vide. On peut retirer ainsi une quantité de graisse correspondant à environ 7% du poids de la patiente.

Résultats

Ils commencent à être visibles au bout d’environ trois semaines. Puis ils s’amplifient progressivement pendant trois à six mois avant de stabiliser et de demeurer pérennes. Les cuisses sont redessinées, bien galbées, les amas graisseux excédentaires ont disparu et la peau est lisse, ferme et nette. Pour booster les résultats, on programme dès le septième jour suivant l’intervention, des séances de drainage lymphatique manuel ou mécanique avec le Cellu M6.

Effets secondaires

Œdème et ecchymoses qui se résorbent dans un délai de dix à vingt jours. Port d’un panty de contention recommandé pendant une dizaine de jours. Quant aux cicatrices, cachées dans les plis naturels, elles sont très courtes et quasiment insoupçonnables. On peut reprendre ses activités 24H après l’intervention.

Prix

A partir de 4,000 €.

Avis de VB

N’exigez pas à tout prix une anesthésie locale ! Contrairement aux idées reçues, ce type d’anesthésie peut s’avérer dangereux avec une liposuccion. La graisse étant, par nature, difficile à anesthésier, elle nécessite l’utilisation d’une quantité importante d’anesthésiant. Et cela risque d’avoir un effet délétère sur le cerveau.

Propos recueillis par Anne-Marie Attali.